EDITORIAL

Les critères de choix pour son poêle à bois
Quel poêle à bois choisir ? Comment ? Sur quels critères ? Voilà les questions que se posent immanquablement toutes celles et tous ceux qui souhaitent s’équiper d’un chauffage au bois performant et agréable. Fondamentalement, le choix du poêle à bois doit s’appuyer sur deux critères : la puissance, qui doit être adaptée à l’usage pour une utilisation à bon régime, et le rendement maximal, pour un chauffage efficace et peu gourmand.

RENDEMENT, CRÉDIT D’IMPÔT ET PERFORMANCES

Le rendement, c’est le rapport entre l’énergie restituée (la chaleur) et l’énergie consommée (le combustible). Plus le rendement est élevé, plus le poêle à bois/granulés, ou foyer et insert produit de la chaleur en brûlant moins de combustible.

Le rendement est évidemment le premier critère de choix d’un poêle à bois. Un poêle qui afficherait un rendement inférieur à 70% ne serait pas le plus intéressant. D’une part cela témoignerait d’une conception de qualité moindre à l’heure où les fabricants disposent de suffisamment d’expérience et de maîtrise technique pour créer des poêles performants. D’autre part, sous 70% de rendement, un poêle n’est pas labellisé Flamme Verte, et il est donc impossible de bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique.

Par ailleurs, n’oubliez pas que plus ce rendement sera élevé, moins vous consommerez de combustible à température égale. Il est donc toujours préférable de choisir un poêle avec un rendement élevé, pour maximiser les économies d’énergie. Un bon rendement suppose une bonne combustion. Le bois est brûlé mieux et plus lentement. Plus le rendement augmente, plus les émissions de CO (monoxyde de carbone) et de particules fines diminuent. Les émissions de CO se situent aujourd’hui à 0,3 % maximum avec la classe Flamme Verte 5*, contre plus de 1 % avant 2000.

LA PUISSANCE : UNE QUESTION DE DOSAGE

Nombreux sont ceux qui pensent qu’il faut impérativement choisir un poêle à bois le plus puissant possible. Le résultat n’est pas forcément celui espéré ! En effet, si le poêle est trop puissant, il chauffera de manière excessive la pièce où il est situé. Pour autant, les autres pièces ne seront pas convenablement chauffées. Par conséquent, soit il vous faudra ouvrir les fenêtres pour réduire la température de la pièce où est situé le poêle, soit il vous faudra diminuer l’utilisation du poêle.

Le dimensionnement est donc fondamental pour un confort optimal. Sachez que l’on considère en moyenne que pour une maison avec plafond à 2,5 mètres, il faut 200 Watt par m² sans isolation. Alors qu’il ne faut que plus qu’une puissance de 40 Watts par m² pour une maison correctement isolée répondant à la dernière Réglementation Thermique (RT2012). Le choix de la puissance de son poêle à bois, à granulés, ou foyer insert dépend donc du volume à chauffer, ainsi que de l’isolation de la maison.

 

Partager cet article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
0